Nos publications

2014 - Lever les obstacles rencontrés par les femmes pour s'engager dans la vie publique

 

L’ORSE est engagé depuis longtemps dans la promotion de l’égalité femmes/hommes dans les entreprises. Dans le cadre d’une conférence organisée le 13 février 2014 au Conseil Economique, Social et Environnemental, l’ORSE et la Délégation droits des femmes du CESE ont souhaité mettre en débat les obstacles que peuvent rencontrer les femmes à s’engager dans les différents lieux de pouvoir qu’ils soient politique, économique (organisations patronales et professionnelle) ou social (syndicats, mutualité et associations).

 Un sondage commandité à Médiasprim par l’ORSE auprès des Français, met en avant les points suivants :

  • il est plus difficile pour une femme de s’engager dans la vie publique et de prendre des responsabilités, avec des degrés divers     selon les formes d’organisations
    . 69 % le pensent pour la vie politique
    . 59 % pour les organisations patronales
    . 54 % pour les syndicats
    . et 3% seulement pour les associations
  • la vie politique souffre d’une très forte image d’agressivité avec un taux record de 72 % de personnes interrogées qui considèrent que s’engager implique « un comportement combatif voire agressif ».
  • 55 % des Français considèrent que cette violence induite dans le cadre des engagements publics est un frein à la prise de responsabilité des femmes.

Pour Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil Economique, Social et Environnemental, qui est intervenu en ouverture de la conférence, il faut redonner du sens et une éthique de l’engagement citoyen autour des valeurs suivantes :

  • l’altruisme. « Le pouvoir n’appartient pas aux individus Il est confié par la collectivité. Il faut être capable en qualité de dirigeant responsable d’assurer la transmission et la pérennité de son organisation, en anticipant son départ ».
  • le respect des autres quand on est engagé au service d’une cause
    « Quelle que soit la cause que l’on défend, il est nécessaire d’entendre le point de vue des autres pour ne pas imposer le sien dans le cadre d’un rapport de force ou d’actes de violence. Le débat public doit s’enrichir des différences de chacun. Platon disait : « la démocratie peut amener à la dictature si nous ne sommes pas attentifs aux principes qui doivent guider la capacité de pouvoir respecter celles et ceux qui s’engagent ».
  • le respect de ceux qui s’engagent dans la vie publique mais aussi de leur famille
    « Les personnes qui veulent s’engager peuvent hésiter quant au prix à payer pour eux même mais surtout pour leurs proches (conjoint, enfants,…) qui seront eux aussi exposés, notamment dans un cadre médiatique ».

Pour Daniel Lebègue, Président de l’ORSE, il est nécessaire de requestionner un modèle d’engagement calqué sur « les normes masculines ».

Les différentes instances de pouvoir politiques, économiques et sociaux doivent prendre conscience qu’en mettant en interne la question de l’égalité femmes/hommes, c’est une formidable opportunité qui leur sera offerte de redonner du sens aux valeurs qui fondent nos sociétés démocratiques et l’engagement citoyen de chacun.


 Sondage ORSE/Mediaprism : femmes et responsabilités dans la vie publique
 Synthèse du sondage : femmes et responsabilités dans la vie publique
 Communiqué de presse (207 Ko)
Aucune reproduction, même partielle, autre que l'une de celles prévues à l'article L 122-5 du Code de la Propriété intellectuelle ne peut être faite de ce document sans l'autorisation expresse de l'ORSE